Montreuil : l’élu Nordine Rahmani condamné pour escroquerie

  • Par:Stephane Amrane

L’ancien président du Comité des citoyens montreuillois a été condamné à huit mois d’emprisonnement avec sursis et trois ans d’inéligibilité.

Huit mois d’emprisonnement avec sursis pour escroquerie, trois ans de mise à l’épreuve et d’inéligibilité, c’est la peine qu’a prononcée la 15e chambre du tribunal correctionnel de Bobigny, ce mardi 26 septembre, à l’encontre de Nordine Rahmani. C’est un peu moins que les réquisitions du procureur, qui avait demandé dix mois d’emprisonnement avec sursis. L’élu d’opposition de Montreuil a également été condamné à rembourser 100 000 € au couple originaire du Val-de-Marne qui l’accusait de lui avoir dérobé cette somme en espèces contre un faux chèque. Il devra également leur verser une indemnité de 1 500 €.

« Nous ressentons un grand soulagement car la justice a été rendue, a confié le couple victime d’escroquerie. Lui qui pérorait en disant que la vérité finirait par triompher… eh bien les juges l’ont écouté avec attention. »

Les prémices de l’affaire remontent à fin juin 2016. Tous deux connaissaient Nordine Rahmani depuis un an et ce dernier leur aurait dit avoir besoin de liquidités. « On devait présenter un chèque d’environ 100 000 € au tribunal pour annuler la saisie de notre maison dans le Val-de-Marne », explique Aziz*. Le couple, en difficulté financière, arrive à réunir la somme en espèces en vendant notamment un bien au Maroc. Ils remettent ensuite la somme à l’élu en échange du chèque. Découvrant l’escroquerie trop tard, ils tentent de récupérer l’argent pendant plusieurs mois, avant de déposer plainte en décembre 2016.

 

 Dans ce dossier, il n’y a pas d’éléments significatifs qui entament l’innocence de mon client. Il a simplement voulu aider un citoyen », martèle son avocat, Me Stéphane Amrane, qui ne change pas sa ligne de défense. De son côté, Nordine Rahmani continue à jouer la carte de la philanthropie : « Le but était d’éviter la saisie immobilière, affirme-t-il. Je n’ai jamais reçu d’argent en liquide ni demandé de compensation.

À l’issue de la condamnation, l’ancien président du Comité des citoyens montreuillois (CCM) a indiqué qu’il comptait faire appel. « Le combat continue. Je serai ce soir [mardi], au conseil territorial et demain soir [mercredi] au conseil municipal puisque mon mandat court jusqu’en 2020. » Le jugement, suspensif, lui permet en effet de continuer à exercer ses fonctions jusqu’au prochain procès.

« Nordine Rahmani doit prendre ses responsabilités en conscience », prévient le cabinet du maire de Montreuil, qui attend « sa lettre de démission ou la notification du tribunal » et dénonce « des faits extrêmement graves s’agissant d’un élu de la République. »

leparisien.fr

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Publié dans: Droit Pénal